Accueil L'actualitéLa durée pour rentabiliser une résidence principale augmente !
14|11|22 Acheter ou louer : la durée pour rentabiliser l'achat d'une résidence principale augmente en 2022
La durée pour rentabiliser une résidence principale augmente | Dreaméo

Selon l’Insee, la France compte environ 58 % de propriétaires de leur résidence principale. Car acheter sa résidence principale et la personnaliser à son image est le rêve de beaucoup. En 2022 toutefois, en raison de la hausse des taux et de l’inflation, il faut davantage de temps pour rentabiliser une acquisition. Dans certaines villes, il est même parfois plus intéressant de rester locataire pendant plus de 20 ans.

Faut-il mieux acheter ou louer ?

Est-il plus intéressant financièrement d’être propriétaire ou locataire de sa résidence principale ? Si l’achat s’impose le plus souvent, le contexte économique tend à resserrer l’écart.

32 villes passées à la loupe

Chaque année depuis 9 ans, le comparateur Meilleurtaux passe au crible les 32 plus grandes villes françaises. Question est alors posée de savoir s’il vaut mieux acheter ou louer un bien d’une surface moyenne de 70 m² au titre de sa résidence principale, et quelle est la durée pour rentabiliser cette acquisition. D’un côté, la plateforme compare le prix au mètre carré, la taxe foncière ainsi que les charges moyennes mensuelles. De l’autre, elle tient compte des loyers théoriques et de la rémunération de l’épargne, utilisée comme apport personnel en cas d’achat. 

Parmi les villes étudiées, on retrouve Paris, Lyon, Bordeaux, Rennes, Toulouse, Marseille, Nice, Lille et Strasbourg, mais aussi Angers, Rouen, Orléans, Brest, Tours ou encore Saint-Etienne.

13 ans et 8 mois pour rentabiliser l’achat de son logement

En 2021, sur l’ensemble du territoire, il fallait en moyenne environ 5 ans pour rentabiliser l’achat d’une résidence principale de 70 m². Autrement dit, il devenait rapidement plus intéressant d’être propriétaire de son logement que de rester locataire. Un an plus tard, le chiffre a bondi à 13 ans et 8 mois en moyenne. Ce chiffre est même quatre fois plus élevé qu’en 2020. Évidemment, il faut toutefois tenir compte de grandes disparités qui existent selon les villes. Mais comme le souligne Meilleurtaux, cette hausse concerne l’ensemble des 32 villes concernées par l’étude.

Des écarts selon les villes

Toutes les grandes villes de France voient leurs prix augmenter et avec eux, la durée pour rentabiliser une acquisition immobilière. Malgré tout, dans certaines villes, il devient rapidement plus intéressant d’être propriétaire.

L’achat toujours plus intéressant à Nîmes et le Mans

Dans certaines grandes villes comme à Nîmes, acheter devient rapidement plus intéressant que louer, bien que la durée nécessaire ait augmenté. Il fallait ainsi un an et un mois pour rentabiliser son achat en 2020, un an et quatre mois en 2021 et désormais 2 ans en 2022. Cela tout en prenant en compte une taxe foncière élevée, de l’ordre de 1 551 €/an. Au Mans, l’évolution est un peu plus marquée. L’achat était plus rentable après un an et huit mois en 2020 puis une baisse a été enregistrée à un an et deux mois en 2021, avant de bondir à 8 ans en 2022. 

Avec des prix du foncier en constante hausse, des villes comme Rennes et Orléans voient se dissiper les espoirs de nombreux futurs propriétaires. Alors qu’il fallait 4 ans et 1 mois à un Rennais pour rentabiliser l’achat de son logement, il lui faut désormais 20 ans. Même tendance dans la capitale régionale du Centre Val de Loire, où l’achat était préférable à la location au bout d’un an et un mois en 2020. En 2022, 18 années sont nécessaires.

À Paris, Bordeaux et Nice aussi : oui, mais…

Enfin, il est des villes, grandes où moyennes qui voient leurs prix augmenter en raison de leur succès. Paris tout d’abord, qui fait figure d’exception avec un marché spécifique, nécessitait 18 ans de patience en 2020 pour rentabiliser une acquisition de 70 m². Depuis 2021, il faut désormais 28 ans. Plus surprenant, ce chiffre pour 2022 est identique à Angers. Dans cette ville moyenne, la durée de détention pour rentabiliser l’achat d’une résidence principale a été multipliée par 3 en un an.

Des hausses également rencontrées à Bordeaux (18 ans en 2021, 23 ans en 2022), Dijon (2 ans en 2021, 14 ans en 2022), Nice (3,1 ans en 2021, 22 ans en 2022), Strasbourg (9,2 ans en 2021, 22 ans en 2022) et Toulouse (5,7 ans en 2021, 24 ans en 2022).

Des facteurs économiques déterminants

Pourquoi certaines villes connaissent-elles de tels écarts ? À cause de la hausse des prix de l’immobilier tout d’abord. À Angers par exemple, ville où il fait bon vivre, récompensée par de nombreux classements, le prix de la pierre a augmenté de 400 € en un an, à 3 478 €/m2. À cause de la taxe foncière ensuite. À Rennes, il faut débourser environ 1 129 €/an pour s’acquitter de cet impôt local pour un bien de 70 m². Cette taxe devrait encore augmenter un peu partout en France en 2022. 

Avec des taux d’intérêt en hausse depuis le début de l’année, contracter un crédit immobilier coûte également plus cher qu’en 2021. À cela, s’ajoute l’inflation galopante et l’augmentation des taux directeurs de la BCE. En contrepartie, le montant des loyers est plutôt stable. Il faut dire que certaines villes comme Paris, Bordeaux, Lille et Montpellier expérimentent le dispositif d’encadrement des loyers.

L'actualité
Réussir son investissement immobilier et son financement de l’étranger
14|05|24Réussir son investissement immobilier et son financement de l’étranger

Il y a quelques mois, Dreaméo est intervenu lors d’un webinaire organisé par la CCI Washington dédié à l'investissement immobilier en France.

Bertille Kohler, fondatrice de Dreaméo qu'elle dirige depuis 2010, spécialisée dans le conseil en immobilier pour les résidents, expatriés et non-résidents, et Laure Lewis, responsable financement des non-résidents chez Carte Financement, y ont partagé leur expertise.

N’hésitez donc pas à lire cet article pour en connaître les grandes lignes !

Lire la suite

Les passoires thermiques plus que jamais rentables avec le nouveau DPE
21|03|24Les passoires thermiques plus que jamais rentables avec le nouveau DPE

Dans un contexte de hausse des prix de l'énergie et d'une prise de conscience accrue de l'importance de la performance énergétique, la rénovation des "passoires thermiques" est devenue une priorité. Ces logements, classés F ou G dans le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE), sont au cœur des préoccupations environnementales et économiques.

Lire la suite

Perspectives du marché immobilier en 2024
20|03|24Perspectives du marché immobilier en 2024

Le paysage immobilier de 2024 s'annonce comme une période de changement significatif, avec plusieurs tendances majeures redessinant le secteur de l'immobilier en France. Examinons les principales évolutions anticipées.

Lire la suite

arrow_upwardTOP